dimanche 22 janvier 2017

Les sujets qui fâchent... Quelques liens

Quelques liens pour s'inquiéter, s'informer, 
réfléchir, et agir en conséquence... 

__________________


#TELEPHONES PORTABLES - #ECOLE

Article du Monde, du 2 avril 2017

Collège et lycée : peut-on et doit-on encore bannir les téléphones portables de l’école ?

Des professeurs parlent de l’omniprésence des smartphones à l’école et s’interrogent sur les réponses qu’ils doivent y apporter, entre pédagogie et tolérance zéro.

http://www.lemonde.fr/education/article/2017/04/02/college-et-lycee-peut-on-et-doit-on-encore-bannir-les-telephones-portables-de-l-ecole_5104534_1473685.html


#ADDICTIONS - #SMARTPHONE 

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/01/09/addiction-concentration-performance-ce-que-l-on-sait-ou-pas-des-effets-du-smartphone_5059960_4408996.html



#AVAAZ   -   #PETITIONS  -   # MONDIALISATION  -   #INDEPENDANCE

http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2016/02/01/faut-il-renoncer-a-signer-des-petitions-avaaz/
Pour ma part, je continuerai comme Jean Gadrey de signer et de relayer les pétitions correspondant à mes convictions !  Voir ce que j'ai répondu...*


#ADDICTIONS - #SMARTPHONE - #EDUCATION

https://www.franceinter.fr/emissions/choses-vues/choses-vues-17-janvier-2017


#SMARTPHONES

https://www.linkedin.com/pulse/infographie-24-heures-chrono-le-smartphone-des-fran%C3%A7ais-comelli





*Je me suis aussi posé des questions sur Avaaz, mais au vu des dernières campagnes, je suis convaincu que ce réseau peut être un formidable outil de résistance, même si en effet il ne s'attaque pas à tous les problèmes. 
Quand l'urgence est là, il faut bien essayer de réagir, malgré les dangers de l'immédiateté que je combats par ailleurs.  Les dangers d'utiliser ce site de pétitions "mondialisées" n'est pas plus inquiétant que celui de l'addiction au smartphone et aux réflexes conditionnés des jeux vidéo. La réflexion et la critique doivent être globales, car nous en venons tous à nous battre avec nos contradictions ! 
Je vous félicite d'avoir abordé dans cet article toutes les facettes de ce sujet brûlant.  Notez que je relaie moi aussi certaines alertes Avaaz sur Facebook et Twitter, des outils dont j'utilise à regret, mais qui constituent (hélas!) des outils de communication certes chronophages et superficiels, mais parfois utiles pour relayer des informations (à condition que leurs utilisateurs consultent les articles sources et ne "likent"  pas dans la seconde qui suit...) 











lundi 16 janvier 2017

Vivez "avec votre temps" = Réveillez-vous !! C'est une question de survie...

Vivez "avec votre temps" = Réveillez-vous !! C'est une question de survie...

En ce seuil de l'année 2017, le monde s'endort sous les berceuses de Facebook, les "applications" de smartphones, les clichés et rabâchages médiatisés. 
Personne ne se remet en question. Trop facile de se retrancher derrière le "tous pourris" partiellement justifié mais trop commode, car il permet de garder la conscience tranquille, excluant bien entendu toute responsabilité personnelle et toute volonté de changement dans nos comportements quotidiens...

Que d'incohérences entre les grands principes qu'il est facile d'afficher sur les réseaux sociaux et le comportement au quotidien de tout un chacun. 
Bien sûr, il faut condamner sans réserves les "pourris" du pouvoir, en n'oubliant toutefois pas les tenants du pouvoir économique et financier, premiers maîtres avant le pouvoir déclinant - et bientôt inexistant si nous ne faisons rien - du politique.

Le bling bling et le superficiel continuent d'attirer, et l'idée que pour gouverner, il faut en avoir... Peu importe le programme : ce qui compte c'est de faire "bouger les lignes", même si les lignes ne tardent pas à s'incurver vers la mauvaise pente. Résultat depuis des années : on s'emballe vite dans un sens, on veut un choix "démocratique", en empêchant les autres de s'expliquer si possible, et on s'étonne ensuite des marches arrière !

C'est la politique du mieux disant et de l'autruche. Des petits pas successifs, tenant compte avec réalisme de toutes les données (sociales, environnementales et économiques, nationales et internationales) sont mal vus, même s'ils constituent des avancées vers plus de justice, une préservation de notre environnement ou au moins des compromis sécurisant les acquis fondamentaux.

Peut-être la démocratie telle que nous la vivons ne permet-elle plus la résolution rapide de nos problèmes, mais au moins évite-t-elle une révolution meurtrière.
Si chacun essayait de jouer le jeu quand un arrêté est voté, ses effets positifs se feraient sentir rapidement. La triche, le travail au noir et le chacun pour soi sont hélas de mise. 
Il n'y a qu'à prendre pour exemple l'utilisation inadaptée et toxique de la voiture individuelle lors de pics de pollution, par des conducteurs qui pourraient choisir (pas tous, mais tout de même...) un transport partagé, les transports en commun ou les transports "doux".
Mais voilà : nous sommes dans un rythme de vie basé sur l'impatience :  le smartphone a encore accentué chez ses inconditionnels ce besoin d'immédiateté et de confort personnel incompatible avec un comportement éco-responsable. 
Ses applications peuvent être louables (certaines d'entre elles sont sûrement très utiles et "citoyennes" - alertes, état du trafic, autopartage, horaires et tickets de transports en commun etc) mais se retrancher sans cesse et impatiemment derrière celles-ci entraîne une réelle dépendance. Ce n'est pas l'appareil et l’innovation en soi, que je trouve dangereux, mais l'addiction consciente à son utilisation de tous les instants

Il suffit de regarder dans la rue ces jeunes et moins jeunes qui ne savent plus passer deux minutes sans consulter leur petit écran qu'ils seront ravis de se faire greffer dès que cela sera possible (c'est sûrement pour bientôt !)
Les cauchemars de la science-fiction ne sont plus pour demain, nous y sommes !  Fahrenheit 451, c'est presque notre réalité d'aujourd'hui.
Un peu de maturité ne ferait de mal à personne. Les entrepreneurs qui nous envahissent de ces nouvelles technologies sont parvenus à nous infiltrer avec leurs publicités.  
Et l'on ose encore s'offusquer des lois ou des arrêtés qui menaceraient nos libertés individuelles, des caméras de vidéo-surveillance ?
Mais les "adultes" totalement infantilisés sont les premiers à s'acheter ces gadgets qui les espionnent constamment !!   Et tant pis si l'on me reproche de ne pas savoir "vivre avec mon temps" !

Bravo pour ce témoignage sur France Inter :
https://www.franceinter.fr/emissions/choses-vues/choses-vues-17-janvier-2017

Vivre avec son temps, ce n'est pas applaudir les derniers gadgets d'applications qui vous ramollissent le cerveau en prenant tout en main à votre place. Pour la première fois il y a deux jours, j'ai enfin entendu au journal de 20h de la 2 une analyse - bien timide pour l'instant - sur le lien entre l'utilisation excessive du smartphone et la baisse du Q.I. moyen des français  Cette baisse se fera sentir sur les intentions de votes en favorisant la passivité (tout serait écrit : on ne pourrait que s’incliner !), l'abstention par ignorance, et la voie ouverte aux populistes.

mardi 10 janvier 2017

Si j'étais président...

Si j’étais président…”

Quelques idées pour un programme ?


J'ai voulu me prêter à ce jeu de réflexion. Il est facile de critiquer, mais proposer l'est déjà moins. Je n'ai pas la prétention de me substituer aux politiques, et n'ai pas chiffré cette ébauche de programme très très incomplète, mais c'est sans complexe que je tiens à m'exprimer ici, quand j'observe ou écoute les surenchères improvisées !  
Je me suis basé sur mes convictions, sur des faits d'actualité, des sujets et comportements qui m'assaillent, suite à des observations personnelles. Ces tendances sont souvent étayées par les événements que nous vivons, des comportements de masse de plus en plus préoccupants, ainsi que des analyses lues dans la presse, ou entendues sur France Inter, le journal d'Arte et différentes émissions de débats... Tout n'est pas du ressort du Président de la République. Beaucoup de points concernent les politiques régionales, voire départementales ou communales, mais la législation dépendra de la future majorité présidentielle...

J'ai tenté de regrouper ces idées en grands thèmes, mais ce n'est pas exhaustif!
C'est cependant en fonction de ces critères que je positionnerai mon vote lors des prochaines primaires, élections présidentielles, puis législatives


Emploi

J’encouragerais le développement de la formation en alternance et les stages d’insertion qui portent déjà leurs fruits.
Je lancerais des grands travaux compatibles avec - ou favorisant - la préservation de notre planète, ou travaux coordonnés avec de grands projets transeuropéens qu’il faudrait promouvoir, du type Liaison Seine-Nord, Lyon-Turin, Marseille-Turin via Briançon, lignes transversales à grande vitesse Lyon-Bordeaux, Lyon-Nantes…
Travaux financés par l’éco-taxe sur les poids lourds, qu’il faudra bien rétablir !
J’encouragerais toutes les créations d’entreprises travaillant sur les nouvelles énergies “vertes”, sur les aménagements pour le développement des transports en commun et transports “doux” et dans les secteurs d’excellence comme le cinéma d’animation.”
Je taxerais les robots pour rendre plus “équitable” leur concurrence avec la main d’oeuvre humaine, et j’encouragerais financièrement le maintien des emplois de services que l’on a trop tendance à automatiser (autoroutes, caisses, répondeurs à numérotation…)
J’exigerais de meilleures conditions d’emploi, plus “humaines” sur les plateformes téléphoniques
Je renforcerais les effectifs dans les secteurs de l'Éducation nationale, de la santé, de la culture, des transports publics, de l’armée et de la sécurité.
J’aiderais financièrement la création de services de proximité et d’économie solidaire
Je souhaiterais un système d’équivalences permettant une plus grande perméabilité entre les services de la fonction publique, lorsque les compétences et la formation requises sont à peu près les mêmes. (par exemple les services de documentation dans la culture, l’éducation, l’armée etc. Les concours de recrutement de la fonction publique seraient “globalisés”, autorisant des ajustements rapides en fonction des besoins, moyennant une aide à la mobilité (logement, transports).


Education

Je n’engagerais pas systématiquement une énième réforme, toujours coûteuse et remise en question aussi rapidement. Mais je chercherais à encourager et développer “ce qui marche” en laissant plus d’initiative pédagogique aux enseignants, permettre aux “passionnés” de transmettre leur passion sans leur mettre systématiquement la pression avec de perpétuelles évaluations, trop souvent illusoires.
Dans les programmes souvent trop lourds et précis, je donnerais la priorité aux savoir-faire et à toutes les connaissances créatrices de repères : lecture et écriture, chronologie, cartographie, orientation, expression écrite et orale, calcul, ordres de grandeur, SVT, sans oublier une éducation à l’image et à sa lecture pour résister aux “manipulations extérieures” (publicité, appels à la radicalisation…). Avec des bases et des repères acquis en alternance de façon disciplinaire (fondamentaux) et interdisciplinaire (liens et compréhension), on acquiert des compétences solides, sans se disperser dans des détails souvent inadaptés (est-il nécessaire de parler du PIB à des élèves de sixième ?).
Le temps consacré à la lecture devrait être beaucoup plus important, et la littérature de jeunesse particulièrement riche et adaptée, devrait être revalorisée, contrairement à ce qui a été fait ces dernières années.
Je continuerais l’équipement et le renouvellement informatique des établissements en fonction des besoins et de leur utilisation, et j’abandonnerais cette priorité systématique de “plan numérique” transformant cet outil en un but pédagogique. Je ne donnerais pas au système éducatif la mission de vaincre la fameuse “fracture numérique”. Des élèves privés de jeux vidéo et de smartphone chez eux n’ont pas moins de chances de réussir que les autres, bien au contraire ! Les Bill Gates et Cie ne placent-ils pas leurs propres enfants dans des écoles très “traditionnelles”, à l’abri de leurs envahissantes inventions ludiques et commerciales ? Mettre des écrans dans les mains des élèves dès le plus jeune âge ne favorise pas la concentration et l’effort d’attention nécessaires (avec l’expérience et la motivation) à l’assimilation des connaissances. Le numérique n’est qu’un (excellent) outil - pas un but en soi - et doit le rester !
Je créerais un label vert “compatible avec l’éducation” pour les jeux vidéo éducatifs et non violents, orange pour des jeux trop chronophages, et je ferais équiper d’une pastille rouge “danger” les jeux vidéo violents et addictifs. Une taxe importante appliquée à ces jeux vidéo violents servirait à financer les campagnes de sensibilisation contre les addictions, et un prix élevé pourrait interpeller et dissuader de les acheter...
Ce n’est pas la vocation des enseignants de réparer les dégâts occasionnés sur des enfants souvent en grandes difficultés par un conditionnement aux réflexes de consommation et d’immédiateté. Sans compter le côté chronophage des séries, des réseaux et des jeux, nuisible à la pratique de la lecture. La fracture sociale est plutôt une fracture culturelle : des enfants de milieux aisés et “éclairés” culturellement développent plus naturellement le goût de la lecture !


Recherche

J’encouragerais la recherche visant à accélérer la mise en place d’énergies propres et les techniques de démantèlement permettant d’envisager dans de bonnes conditions une sortie progressive du nucléaire.
Je renforcerais la participation française en coopération européenne dans les secteurs de recherche les plus exigeants (médecine, protection de l’environnement, énergies propres, déchets nucléaires, nouvelles technologies, transports propres, recherche spatiale …)


Affaires étrangères - Europe

J’inciterais nos partenaires européens à investir davantage dans les recherches médicales, énergétiques, spatiales, climatiques, et en développement numérique, pour stimuler les reconversions, et permettre une relative indépendance de l’Europe.
Je serais pour une relance de la construction européenne sur de nouvelles bases, plus sociales que financières, aboutissant à la création d’une véritable Europe fédérale, avec une constitution solide respectant le droit de ses différents états. Une politique étrangère et une défense communes seraient avec l’accueil des réfugiés politiques puis climatiques des enjeux majeurs pour cette nouvelle Europe.
Je rappellerais la nécessité d’une Europe au service de tous, en prenant pour exemples la construction aéronautique (Airbus), la recherche spatiale (Ariane), les télécommunications, les programmes d’échanges Comenius et Erasmus, et j’oeuvrerais pour la mise en place d’une défense commune permettant de faire face aux menaces actuelles et futures.


Santé et sécurité sociale

Je protègerais le secteur public du risque de démantèlement, je maintiendrais la CMU. Je lutterais contre les conflits d’intérêt entre le secteur médical et les entreprises pharmaceutiques. Je limiterais les campagnes trop systématiques de dépistages si elles s’avèrent inopérantes et coûteuses à la fois.
Je crois beaucoup au financement “pollueur - payeur” :
Je taxerais davantage le tabac, le diesel, et les produits d’entretien les plus cancérigènes.
une taxe sur le bruit serait également nécessaire, prélevée en fonction des “décibels en trop” dans certains concerts, transports et même outils (nettoyage par souffleurs…) !
Ceci permettrait de lutter contre la surdité (campagnes de sensibilisation) et d’aider les “victimes” à s’équiper de prothèses auditives…


Environnement - transports - écologie - qualité de vie

Aucune zone d’activités, aucune zone commerciale ne devrait voir le jour en périphérie des agglomérations sans la création simultanée d’une ligne de transports en commun, de voies cyclables et piétonnes, et de restaurant inter-entreprises.
Je rétablirais l’éco-taxe autoroutière sur les poids lourds !
Il faudrait aussi agir contre la concurrence déloyale entre les compagnies aériennes lowcoast, les cars et le train, en rendant plus lisibles leurs coûts respectifs en “équivalent carbone”...
J’encouragerais toutes les créations d’entreprises travaillant sur les nouvelles énergies “vertes”, sur les aménagements pour le développement des transports en commun et transports “doux”
Je créerais un service de recyclage et de valorisation des déchets, avec des embauches publiques pour “travaux d’intérêt général” avec des antennes dans chaque canton.
J’aiderais financièrement la création de services de proximité et d’économie solidaire
J’inciterais les collectivités locales à s’équiper de matériels moins polluants et moins bruyants.
(cf les horribles “souffleurs” nuisibles et peu efficaces pour les voiries, parcs et jardins…)
Je renforcerais le pouvoir de la Loi Littorale et de ses conservatoires
J’encouragerais davantage les particuliers à isoler leur logement et à mieux maîtriser leurs dépenses en énergie.
J’engagerais le pays sur les étapes de sortie progressive du nucléaire.
Je pousserais les stations d’altitude à adapter leur “offre touristique” au changement climatique en évitant de s’équiper en canons à neige et autres artifices pas très compatibles avec la protection de l’environnement.





Culture, médias, sports, loisirs et tourisme

Je ferais supprimer toute aide de l’état à la création de jeux vidéos violents ou à caractère raciste, sexiste ou pornographique. Ces aides seraient réorientées vers les formes artistiques ou éducatives de création.
Je soutiendrais la conservation du patrimoine “classé” sous toutes ses formes.
Je lancerais une nouvelle chaîne de télévision consacrée à l’écologie, au recyclage, à l’économie solidaire, à une “consommation citoyenne” (éclairée et maîtrisée).
Je souhaiterais la promotion de sports “non polluants”, exigeant peu de matériel et d’infrastructures, et respectant les milieux naturels.

.
Lutte contre la pauvreté et justice sociale

Je serais pour un revenu universel minimum, et une nette augmentation du SMIC.
Le taux des augmentations de salaires devrait être inversement proportionnel aux salaires, afin de réduire les inégalités insupportables des écarts salariaux et de pénaliser les salaires indécemment élevés au profit des plus bas.
(je n’ai jamais compris pourquoi les taux étaient les mêmes “en haut” et “en bas” !)
Je développerais les lieux d’hébergement de dimension plus humaine pour les SDF et réfugiés.
La création d’un local bien équipé et chauffé d’hébergement provisoire dans chaque nouvel ensemble immobilier devrait être exigée.


Consommation

J’interdirais les sollicitations permanentes aux achats à crédit, lancerais une campagne d’information des consommateurs sur les dangers du crédit (endettement), et serais intransigeant vis à vis des plateformes d’arnaques en ligne.
Je valoriserais le commerce de proximité, le “bio”, le commerce équitable, et les circuits courts, et mettrais en garde contre le gâchis engendré par les “fausses économies” du secteur de la grande distribution.


Sécurité - Armée

Des services maintenus ou développés en fonction des enjeux…
La taxe sur les jeux vidéo violents pourrait également être reversée aux familles des victimes des attentats !
_______________________

J’en oublie sûrement, tout n’est peut-être pas réalisable ou finançable dans l’état actuel des choses, mais se prêter à cet exercice a le mérite de faire réfléchir, et ce sont ces points sur lesquels je serai le plus vigilant avant d’orienter mon vote.
ChriRau

le 9 janvier 2017

jeudi 17 novembre 2016

Pas si ringard, le Soyouz !

Pas si ringard !

Ce soir du 17 novembre 2016, Thomas Pesquet va s'envoler vers l'ISS dans une capsule Soyouz...  En 1972, avec Jean-Claude Louchet, nous lancions à Arras le "Cosmos Club Arrageois" en lien avec Albert Ducrocq et son équipe du Cosmos Club de France.  Claude Wachtel avait pu réaliser à Moscou des photos du vaisseau Soyouz, encore entouré de secrets à l'époque. Nous avons ainsi pu réaliser d'après ces photos, avec de jeunes passionnés dont le talentueux Vincent Méens, une maquette très fidèle du vaisseau spatial à l'échelle 1/10.  Cette maquette, admirée par les cosmonautes russes eux-mêmes, a été exposée au Palais de le Découverte en 1974, puis dans diverses expositions à travers la France. 





Et bien, ce vaisseau spatial conçu au-début des années 60 - tout comme sa fusée porteuse, le lanceur Semiorka conçu par l'ingénieur Korolev en 1957 - est encore en service (modernisé il est vrai) 50 ans plus tard, et c'est actuellement - depuis le retrait des navettes spatiales - le seul engin capable de conduire les astronautes jusqu'à la station spatiale internationale et de les faire revenir sur Terre en attendant la mise en service du nouveau lanceur par la NASA !

Dans les bibliothèques publiques et CDI d'établissements scolaires, d'anciens ouvrages sur l'espace ont été souvent "désherbés" à tort, considérés comme dépassés, car les missions spatiales des années 60 et 70 n'ont pas dit leur dernier mot !  
Par exemple, malgré les récents exploits et les innombrables découvertes, les sondes "Voyager" sont toujours en route, aux confins de notre système solaire...  L'Homme n'a pas reposé le pied sur la Lune depuis 1972...  La base de lancement de Baykonour (Tyuratam) est toujours utilisée...  Le Centre spatial guyanais intègre maintenant une base de lancement de fusées "Soyouz"...

A l'heure (peu glorieuse, écologiquement parlant !) de l'obsolescence programmée, un peu de "ringardise technologique" (ou son adaptation) ne fait pas de mal, et se fait presque rassurante.


vendredi 1 avril 2016

Création d'un Ministère de la Réalité Virtuelle Augmentée (MRVA)





Après la création récente d'un Ministère à  l'Egalité Réelle, le Premier Ministre a décidé ce jour la création d'un nouveau ministère : le MRVA : Ministère de la Réalité Virtuelle Augmentée

Dans le cadre de la politique de redressement du pays et de la réduction des dépenses publiques, ce ministère sera chargé d'améliorer l'image du gouvernement et du Chef de l'Etat. 
Il pourra ainsi interagir "à vue" sur la courbe du chômage par le biais de ces nouvelles technologies. Cette courbe - actuellement très récalcitrante - pourra être inversée virtuellement, faute de pouvoir l'être concrètement. 
Il favorisera également la formation interactive d' équipes d'intervention des secours suite aux catastrophes telles que la chute de popularité du Chef de l'Etat. Cette courbe de popularité pourra également être "pilotée" interactivement pour en limiter les dégâts. 
Les ministres n'auront plus besoin de se déplacer, remplacés sur place par des robots pilotés à distance par leur "ministre de tutelle" qui aura ainsi le don d'ubiquité et pourra par exemple rencontrer simultanément les agriculteurs en colère et ses collègues européens. 
Moins de déplacements, pas de gardes du corps, plus de frais d'hôtel... économies garanties !

On pourrait multiplier les exemples d'innovations de ce ministère "high tech" et "éco-responsable"- promis à un avenir radieux - qui ne manquera pas de se développer, avec des secrétariats d'état aux Solutions Virtuelles et aux Robots Gouvernementaux.

(à suivre ?)


Sources : CR - Le Ringard Déchaîné
(01/04/2016)